Comment se porte le marché ? Bin j’en sais fichtrement rien !

Partager l’article sur

Nabaca-Agence Immobilière-Le marché de l'immobilier

On lit, on entend, on voit tellement de choses sur le marché de l’immobilier, mais de quoi parlons-nous par marché de l’immobilier ?

Quand je rencontre des personnes, et qu’ils apprennent ma profession, les questions fusent tout de suite : « Le marché est comment ? Il se porte bien ? C’est le moment d’acheter ? De vendre ? » Lorsque je donne ma réponse, je lis bien le désappointement dans leur regard.

Parce que c’est la réalité, je n’en sais rien …

Je ne travaille pas avec des investisseurs (ou très peu), je ne suis pas non plus en contact avec des géants du BTP et je ne connais pas les spécificités des différentes zones géographiques. Quand j’écoute ou lis les analyses des éminents spécialistes qui se bousculent sur les plateaux télé ou dans les rédactions, cela me laisse de marbre. Je n’ai pas l’impression de faire le même métier.

 Cela me fait le même effet que lorsque l’on nous donnait, à l’époque, les tendances journalières de la bourse. Tout le monde écoutait, mais personne ne comprenait rien. D’ailleurs, on n’entend plus le duplex en direct du palais Bourbon pour les valeurs du CAC 40…. La raison à mon sens ? Cela n’impacte en rien les décisions des gens sur leur vie. Qui, un jour, a renoncé à partir en week-end ou à acheter une voiture parce que le CAC 40 a gagné 1 point 6 ou perdu 0 point 4 ?

Bon, si la bourse dévisse, c’est sur que l’impact est violent mais cela n’arrive que tous les 30 ans. Pour moi, c’est la même chose avec les analyses du marché de l’immobilier, je ne me permettrai jamais de conseiller à des clients de vendre ou pas, ni d’acheter ou pas en fonction des fluctuations aléatoires du marché. Car je ne travaille qu’avec des clients qui ont des projets de vie.

Bien sur que les aléas économiques vont avoir des influences sur le nombre de transactions, mais par contre le marché immobilier n’a pas d’influence sur  les aléas de la vie personnelle ou professionnelle, positifs ou négatifs. Un besoin primaire reste un besoin primaire et notre mission en tant que professionnel proche de son client est de le satisfaire dans les meilleures conditions.

Il y aura toujours des personnes qui auront un besoin indispensable de vendre et d’autres d’acheter et c’est là que notre mission est indispensable. Après, est-ce une bonne année ou une moins bonne pour mon agence immobilière ? Ce n’est pas le marché qui va me le dicter mais la capacité de mon équipe à être la plus professionnelle, la meilleure, pour réaliser des projets de vie.

Notre leadership sur le marché du Pays de Fayence, on le doit à notre capacité à être au plus près de nos clients vendeurs. Car pour nous, le marché de l’immobilier, c’est d’abord le marché immobilier de notre zone géographique, ensuite c’est le marché de « nos » vendeurs. Car sans « nos » vendeurs, il n’y aurait pas de maisons, ou d’appartements à proposer.

 Le fait que l’on soit l’agence la plus importante de Peymeinade à Seillans, de Saint-Paul-en-Forêt à Montauroux, de Callian aux Adrets de l’Esterel, sur tout le territoire du Pays de Fayence, c’est grâce à la capacité de mon équipe à être quotidiennement sur le terrain au contact de leurs clients vendeurs.

Pour moi, le marché immobilier doit être un marché local au service du VENDEUR.

« – Alors, il est comment le marché ? – Super, il y a beaucoup d’appels !!!!»

 J’ai tellement entendu cette réponse ……

Parlez-moi de vos vendeurs et je vous dirai comment est votre marché !

C’est exactement la même problématique pour le recrutement. Trop de personnes ont une réaction opportuniste, certes compréhensible de choix de carrière. Le marché est porteur, il y a la possibilité de gagner beaucoup d’argent …tentons notre chance !  C’est vrai que nous constatons un afflux de candidatures quand les perspectives de nos analystes sont positives mais ce n’est pas gage de bon recrutement.

Le bon négociateur immobilier est celui qui dure sur le long terme, celui qui reste performant quelques soient les aléas du marché. Il reste, quelques soient les conditions, au plus près de son client VENDEUR. J’ai toujours enseigné à mes étudiants  et à mes jeunes recrues que les meilleurs sont celles et ceux qui sont les meilleurs avec leurs VENDEURS.

C’est la raison pour laquelle, le marché n’a aucune influence sur la performance des négociateurs. Dans une agence immobilière comme NABACA, ils sont intégrés, formés, pour être au service d’abord de leur client VENDEUR. Leur performance est liée à leur capacité à tenir leurs engagements sur les mandats exclusifs et donc à la satisfaction du client VENDEUR.

Beaucoup sont ceux qui ne réussissent pas dans l’immobilier, prenant cette activité simplement comme une opportunité et non comme une véritable carrière sur le long terme. Et d’autres risquent de passer à côté d’une très belle carrière dans l’immobilier pour avoir été trop influencés par « la tendance du marché ».

« –  Le marché est porteur, alors c’est le moment de bosser dans l’immobilier… ? »

Parlez-moi de vos valeurs et savoir-être et je vous dirai si vous pouvez faire carrière ! Travailler dans l’immobilier n’est pas une question de marché, mais une question d’état d’esprit. C’est un domaine d’activité où le lien entre les humains est au centre de tout, et où l’empathie, la gestion des émotions, l’écoute et l’enthousiasme sont les diplômes requis.

La prochaine fois que vous vous demandez si le marché de l’immobilier est porteur, demandez-vous comment vont les gens et vous aurez votre réponse.

Votre agence immobilière Nabaca.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et le GooglePolitique de confidentialité etConditions d'utilisation appliquer.

À lire également